Du collège pour tous… au collège de chacun.

Le collège, devenu depuis plusieurs années un collège pour tous, doit maintenant évoluer vers le collège de chacun, capable de proposer clairement à tous des objectifs communs, de s’adapter à la diversité des élèves et d’offrir les conditions nécessaires à l’expression de l’excellence.

Pour relever ces défis il nous faut
  • Faciliter l’intégration des élèves en proposant un projet spécifique pour chacune des classes de 6ème (patrimoine, théâtre, environnement, …).
  • Accompagner les jeunes dans leurs apprentissages, ceci amène les enseignants à revoir leur position en classe, il leur faut passer du face à face magistral au côte à côte pédagogique.
  • Donner du sens aux enseignements, Les EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) permettent aux élèves de croiser, de contextualiser leurs apprentissages en les utilisant pour réaliser des projets concrets.
  • Offrir d’autres voies d’enrichissement aux élèves : cirque, théâtre, chorale, sports, sorties, voyages, …
  • Proposer un enseignement ouvert sur les pays étrangers : classes bilangues (anglais/allemand et anglais/chinois), des ateliers d’approfondissement, une préparation au TOEIC Bridge, des échanges, des rencontres en tiers lieu, …
  • Sensibiliser les jeunes à l’orientation et les ouvrir sur le monde des métiers : stage d’observation en milieu professionnel, B.D.I., nuit des métiers, forum des filières, …
  • Accueillir les différences : accueil spécifique pour les enfants à haut potentiel intellectuel, accueil de jeunes porteurs de handicap.
La scolarité au collège

La 6ème, dernière année du cycle 3 : Le cycle 3 relie désormais les deux dernières années de l’école primaire et la première année du collège, dans un souci renforcé de continuité pédagogique et de cohérence des apprentissages au service de l’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Ce cycle a une double responsabilité : consolider les apprentissages fondamentaux qui ont été engagés au cycle 2 et qui conditionnent les apprentissages ultérieurs ; permettre une meilleure transition entre l’école primaire et le collège en assurant une continuité et une progressivité entre les trois années du cycle.

Le cycle 4 (5ème, 4ème et 3ème) : Les élèves se sont progressivement habitués a une nouvelle organisation pédagogique et aux nouveaux rythmes des enseignements, à vivre dans un nouveau cadre qu’ils ont appris a décoder et à comprendre. Ils continuent de développer des compétences dans les différentes disciplines et dans les parcours transversaux. Ces compétences, évaluées régulièrement et validées en fin de cycle, leur permettront de s’épanouir personnellement, de poursuivre leurs études et de continuer à se former tout au long de leur vie, ainsi que de s’insérer dans la société et de participer, comme citoyens, à son évolution. Les équipes pédagogiques et éducatives contribuent au développement de ces compétences.

Lors des trois ans de collège du cycle 4, les élèves, qui sont aussi des adolescentes et des adolescents en pleine évolution physique et psychique, vivent un nouveau rapport à eux-mêmes, en particulier à leur corps, et de nouvelles relations avec les autres. Les activités physiques et sportives, l’engagement dans la création d’évènements culturels favorisent un développement harmonieux de ces jeunes, dans le plaisir de la pratique, et permettent l’acquisition de nouveaux pouvoirs d’agir sur soi, sur les autres, sur le monde.

Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture

Son architecture en cinq domaines place au cœur de sa perspective la « formation de la personne et du citoyen » (Domaine 3). Pour permettre cette formation, il faut maîtriser des langages pour penser et communiquer (Domaine 1) : la langue française, les langues étrangères ou régionales, les langages mathématiques, scientifiques ou informatiques, mais aussi le langage des arts et du corps.

Il est aussi nécessaire de disposer de méthodes et d’outils pour apprendre (Domaine 2). Les deux derniers domaines du socle définissent les connaissances et compétences propres aux deux champs que sont les sciences expérimentales pour « l’approche scientifique ettechnique de la terre » (Domaine 4) et les sciences humaines et les productions culturelles élaborant les « représentations du mondeet de l’activité humaine » pour « la compréhension des sociétés dans le temps et dans l’espace » (Domaine 5).

 Le socle commun définit ainsi les visées de la scolarité obligatoire, garante de l’éducation pour tous.

L'organisation des enseignements

Les enseignements obligatoires se répartissent en enseignements communs à tous les élèves et en enseignements complémentaires (accompagnement personnalisé et enseignements pratiques interdisciplinaires), qui contribuent à la diversification et à l’individualisation des pratiques pédagogiques. Le collège propose en outre aux élèves un enseignement de complément « Langues et cultures de l’Antiquité ».

Enseignements communs : 23h en 6ème et 22h en 5ème / 4ème / 3ème

Enseignements complémentaire : 3h d’accompagnement personnalisé en 6ème et 1h ou 2h d’accompagnement personnalisé ainsi que 2h ou 3h d’Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) en 5ème / 4ème / 3ème

Les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI)

Ils permettent de construire et d’approfondir des connaissances et des compétences par une démarche de projet conduisant à une réalisation concrète, individuelle ou collective.

Toutes les disciplines d’enseignement contribuent aux EPI. Le programme d’enseignement du cycle 4 fixe le cadre des contenus enseignés pour chacune de ces thématiques.

À l’issue du cycle 4, chaque élève doit avoir bénéficié d’enseignements pratiques interdisciplinaires portant sur au moins six des huit thématiques. Sauf, nécessairement et à titre transitoire, les élèves des classes de troisième pour l’année scolaire 2016-2017 et les élèves des classes de quatrième pour les années scolaires 2016-2017 et 2017-2018. Les enseignements pratiques interdisciplinaires offerts aux élèves doivent, chaque année, être au moins au nombre de deux, portant chacun sur une thématique interdisciplinaire différente.

Les 8 thématiques :

  • corps, santé, bien-être et sécurité
  • culture et création artistiques
  • transition écologique et développement durable
  • information, communication, citoyenneté
  • langues et cultures de l’Antiquité
  • langues et cultures étrangères ou régionales
  • monde économique et professionnel
  • sciences, technologie et société.
L'accompagnement Personnalisé (AP)

L’accompagnement personnalisé concerne les élèves de tous les niveaux, il est destiné à soutenir la capacité des élèves à apprendre et à progresser, notamment dans leur travail personnel, à améliorer leurs compétences et à contribuer à la construction de leur autonomie intellectuelle.L’accompagnement personnalisé prend des formes variées : approfondissement ou renforcement, développement des méthodes et outils pour apprendre, soutien, entraînement, remise à niveau.

  • En classe de sixième, les 3 heures d’accompagnement personnalisé ont pour objectif de faciliter la transition entre l’école et le collège, en rendant explicites les attendus du travail scolaire dans les différentes disciplines enseignées au collège et en conduisant tous les élèves à les maîtriser.
  • Au cycle 4, les élèves bénéficient d’une heure à deux heures hebdomadaires d’accompagnement personnalisé. Il favorise, en classe de troisième, la construction de l’autonomie, dans la perspective de la poursuite d’études au lycée.
Les classes bilangues

Les classes bilangues anglais/chinois et anglais/allemand sont des atouts majeurs pour les élèves.

L’apprentissage des langues vivantes et l’ouverture culturelle vers le monde semblent aujourd’hui indispensables dans la formation des futurs citoyens du monde, c’est pourquoi différents ateliers péri éducatifs sont proposés à nos jeunes.

Le Diplôme National du Brevet (DNB)

Trois épreuves écrites : le premier jour une épreuve de français (3h) et une d’histoire géo-enseignement moral et civique (2h), qui auront un thème commun (par exemple la ville) et des questions identifiées pour chaque discipline (100 points). Le lendemain, une épreuve de maths-sciences expérimentales et technologie (3h), comprenant un thème commun et des questions identifiées pour chaque matière (cette dernière comprend un exercice de programmation informatique) (100 points).

Une épreuve orale (100 points) : celle-ci dure 15 minutes, elle comporte 10 minutes d’exposé et 5 minutes de questions/réponses avec le jury. L’élève choisit de présenter un projet qu’il a conduit dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires, du parcours avenir ou citoyen, ou encore du parcours d’éducation artistique. Il est  testé à la fois sur sa maîtrise du langage et sur ses connaissances.

 Le contrôle continu (400 points) : chacun des 8 champs d’apprentissage du socle commun apporte un nombre de points à l’élève, arrêté lors du conseil de classe du 3e trimestre de la classe de 3ème :

  • 10 points si le candidat obtient le niveau « Maîtrise insuffisante » ;
  • 25 points s’il obtient le niveau « Maîtrise fragile » ;
  • 40 points s’il obtient le niveau « Maîtrise satisfaisante » ;
  • 50 points s’il obtient le niveau « Très bonne maîtrise ».

Peuvent s’y ajouter les points obtenus pour un enseignement de complément que le candidat a suivi et s’il a atteint (10 points) ou dépassé (20 points) les objectifs d’apprentissage du cycle.

Le brevet est évalué sur 700 points et l’élève est reçu s’il en cumule au moins 350. Il peut se voir attribuer la mention « assez bien » dès 420 points, ou la mention « bien » à partir de 490 points et la mention « très bien » s’il atteint 560 points.

L'orientation

La classe de 3ème est une étape importante dans la scolarité, à la fin de cette année, il faut exprimer le premier  des choix d’orientation : voie générale et technologique ou voie professionnelle. Cette décision engagera les années à venir pendant lesquelles d’autres décisions seront à prendre.

Ce choix doit faire l’objet d’une réelle réflexion qui prendra en compte les goûts et les aspirations de l’élève qui ne peuvent occulter ses résultats.

Un stage d’observation en milieu professionnel, le Bureau de Documentation et d’Information (BDI), la Nuit des Métiers, le Forum des Filières, éclairent les choix des élèves.

Les activités péri éducatives

La motivation et l’épanouissement des jeunes peuvent apparaître grâce à des façons différentes d’apprendre, plus dynamiques ou plus ludiques. Les activités péri éducatives comme le théâtre, les ateliers de langues, l’aide aux devoirs, la chorale, les ateliers scientifiques et de lecture peuvent devenir de vrais tremplins pour les élèves.

L'accueil des enfants intellectuellement précoces (EIP)

Il s’agit de se donner des outils à la fois pédagogiques et structurels permettant de gérer au mieux les spécificités et les différences de ces élèves sans pour autant les isoler dans une structure à part, eux pour qui la marginalisation constitue déjà un risque majeur.

Le paradoxe que vivent les enfants précoces vient en effet de ce qu’ils disposent potentiellement d’atouts majeurs pour réussir, grâce à un quotient intellectuel au-dessus de la moyenne qui leur donne une grande rapidité d’apprentissage et de compréhension, une soif d’apprendre et une immense curiosité, une excellente mémoire. Mais parallèlement, du fait de ce décalage avec les jeunes de leur âge, ils souffrent de difficultés relationnelles et leur hypersensibilité les rend vulnérables à toutes les agressions. En classe, ils disent s’ennuyer et éprouvent une véritable aversion pour les tâches répétitives…

Parce qu’ils fonctionnent et réagissent différemment, les élèves précoces imposent à l’enseignant une adaptation quotidienne et individualisée de ses pratiques.

Notre ambition consiste tout simplement, mais dans la pratique, ce n’est pas simple,  à créer les conditions qui permettent à ces enfants de bénéficier des atouts qui sont les leurs, sans que ceux-ci ne soient neutralisés par les difficultés et les faiblesses inhérentes à leur nature spécifique et à leur fonctionnement mental et intellectuel

 Notre dispositif :

En 6ème :

Objectifs : réconcilier les enfants avec l’école, leur faire découvrir qu’ils sont un groupe à partager les mêmes particularités.

Organisation : les E.I.P. sont regroupés dans une classe à effectif limité, qui comme les autres classes de 6ème a un projet de classe annuel. Tout au long de l’année les séances d’accompagnement personnalisé sont renforcées et celles de manipulation dans les cours de sciences expérimentales peuvent être dédoublées, ceci afin de répondre rapidement à leurs nombreuses interrogations. Des voyages et sortie viennent briser le rythme de la classe et permettent d’aborder certaines notions différemment.

En 5ème :

Objectif : amener les élèves à prendre conscience que le don ne suffit pas et que la réussite passe par l’effort.

Organisation : comme en 6ème les E.I.P. sont regroupés dans une classe à effectif limité et le dispositif spécifique pour les sciences expérimentales est maintenu. Il est prévu de mener à bien avec cette classe un projet interdisciplinaire donnant du sens aux apprentissages et source de motivation.

En 4ème et 3ème :

La classe de 4ème est une étape difficile et éprouvante pour les élèves. L’entrée dans l’adolescence et surtout les difficultés nouvelles sont autant de barrières qu’il faudra franchir sans encombre.

La classe de 3ème peut être génératrice de stress, aux difficultés de l’adolescence vient s’ajouter le challenge de l’entrée au lycée.

Ces deux années sont aussi le temps de l’acquisition de « techniques » importantes (démonstration, argumentation, prise de notes) et nous savons que celles-ci ne sont pas toujours en concordance avec façons de faire des enfants précoces.

Organisation : Notre expérience nous a menés à un constat évident, à savoir que le manque de brassage des élèves dans un dispositif organisé quatre années pouvait s’avérer parfois une épreuve pour certains. Les E.I.P. sont donc répartis dans 2 classes (pour chaque niveau) pour permettre une meilleure mixité des élèves précoces/non-précoces, et ainsi construire une dynamique plus efficace. Dans ces classes interviennent des enseignants sensibilisés/formés aux spécificités de ces élèves qui porteront sur eux un regard bienveillant tout en imposant le cadre indispensable au franchissement de cette dernière étape du collège.

Les enfants précoces ne sont pas tout à fait des enfants comme les autres, mais comme les autres, ce sont des enfants.

Dr Olivier REVOL, pédopsychiatre.

Extrait de « Même pas grave ! L’échec scolaire ça se soigne«